Le gouvernement norvégien a déclaré qu’il envisageait de dépénaliser l’usage personnel de drogues considérées pour le moment comme illégales, en suivant les recommandations des Nations unies et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La décision verrait le pays supprimer le risque pénal pour les personnes qui possèdent une petite quantité de drogue pour leur propre usage. Ces actes resteront illégaux, mais non punissables, selon les propositions d’un ministère de la santé.

“La réforme des drogues est un changement historique dans la politique norvégienne en matière de drogues. Il est grand temps de remplacer la punition par l’aide”

Les politiques qui proposent ce projet de loi ont déclaré que “les poursuites pénales contre les consommateurs de drogues peuvent être contre-productives car elles dissuadent les personnes ayant des problèmes d’abus de demander de l’aide”.

Dans un courriel adressé à Bloomberg, le ministre de la santé, Bent Hoie, a déclaré : “La réforme des drogues est un changement historique dans la politique norvégienne en matière de drogues. Il est grand temps de remplacer la punition par l’aide”.

Le ministre de l’éducation, Guri Melby, a réitéré ces sentiments lors d’une conférence de presse la semaine dernière, en déclarant : Des décennies de répression nous ont appris que la punition ne fonctionne pas. Au contraire, la punition peut aggraver les choses… Les toxicomanes ont besoin d’aide, pas de punition”.

Selon l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies, la Norvège a l’un des taux de mortalité liés à la drogue les plus élevés d’Europe.

La Norvège a enregistré 66 cas de décès liés à la drogue par million d’adultes en 2017, contre une moyenne de 23,7 pour l’Union européenne.

Selon un sondage publié début février par l’Institut norvégien de la santé publique, environ 5 % des personnes interrogées en Norvège disent avoir consommé du cannabis au cours des 12 derniers mois, et 1 % ont essayé des drogues psychotropes, comme la cocaïne et les amphétamines.

Ce projet de loi établira des seuils clairs pour ce qui est considéré comme une “petite quantité” pour différentes drogues, telles que la cocaïne, l’héroïne, les amphétamines et le cannabis, au cas par cas.

Il semblerait que pour le cannabis, la limite soit fixée à 10 grammes.

Une fois que les seuils de chaque drogue auront été convenus, toute personne trouvée avec des quantités de drogue inférieures au seuil fixé sera confisquée par la police et devra se présenter devant une unité consultative municipale, a déclaré le ministère de la santé.

Pour conclure, CannabisNews ne peut que soutenir cette initiative de la Norvège, qui montre clairement que les gouvernements peuvent changer de politique de prévention des drogues, sans rester enfermés dans le modèle de la prohibition qui montre tous les jours ses limites.