Alors que les lois s’assouplissent en Thaïlande sur le cannabis médical, cela concerne également les citoyens. En effet, les familles thaïlandaises peuvent désormais cultiver six pots de cannabis chacune, peuvent également former des communautés pour cultiver afin de fournir les hôpitaux publics et les installations de l’État, ou pour fabriquer des produits alimentaires et cosmétiques comme nouvelle source de revenus, a déclaré Anutin Charnvirakul, vice-premier ministre et ministre de la Santé de Thaïlande, dans un communiqué.

Si la Thaïlande est devenue le premier pays d’Asie du Sud-Est à légaliser le cannabis médical en 2018, son utilisation à des fins récréatives est toujours officiellement interdite, même si très répandue.

“Nous essayons d’assouplir les restrictions pour permettre au public d’accéder plus facilement à cette plante, mais nous vous demandons de coopérer et de l’utiliser correctement.”

Les fleurs et les graines produites par la culture à domicile doivent être envoyées dans des établissements médicaux publics, car elles restent inscrites dans le code pénal du pays en raison de leur forte teneur en composés psychoactifs, a déclaré le ministre.

Le reste de la plante, y compris les feuilles, les branches et les fibres, est dépénalisé et autorisé à être utilisé dans les produits alimentaires et cosmétiques depuis décembre dernier.

Bien que certaines restrictions subsistent, le fait d’autoriser les ménages à cultiver de la marijuana est un pas supplémentaire vers un assouplissement plus global, dans ce pays connu depuis longtemps comme relativement tolérant et éduqué en ce qui concerne le cannabis.

Nous pensons alors qu’il y a de fortes chances que de nombreux touristes supplémentaires iront découvrir les charmes de ce somptueux pays, pour des raisons médicales, ou pas…